Archives du sériographe

Notes pour une archéologie du signifiant fr série


    Série et Yi Jing

    Partagez
    avatar
    llongavidda
    seriinii

    Nombre de messages : 367
    Date d'inscription : 18/12/2004

    Série et Yi Jing

    Message  llongavidda le Lun 17 Jan 2005 - 17:47

    « Pour Diderot, ce qui définit la série, ce sont les notions - étymologiques - de lien et d'enchaînement. Tantum series juncturacque pollet, tantum de medio sumptis accedit honoris !
    Notion rhétorique, la série n'en est pas moins une notion mathématique, héritage de Leibniz »
    Dis-tu.
    Or on sait que la succession des soixante quatre hexagrammes du Yi Jing telle qu’arrêtée par TCHAO Young un millénaire avant notre ère, fut rapportée par un missionnaire à Leibnitz dans une lettre portant sur la similarité entre son système d’arithmétique binaire et la structure de l’ancien classique chinois.

    « Lien et enchaînement » : la notion de « changement » du Yi Jing se base sur les positions des traits (yin ou yang) d’un hexagramme, au regard de leur contiguïté : voisinage (enchaînement) ou relation (lien). Leur fonction peut aussi bien être décrite par
    « La série est à la fois la somme de ces éléments, et le rapport qui s'instituent entre eux. »
    L’hexagramme partagerait donc les tenants et aboutissants de la phrase :
    « L'association est une relation de forme (morphologie) ; la causalité est une relation fonctionnelle (syntaxe). »
    Quant à la « tension, entre le mathématique et l'empirique » elle est censée être résolue par la méditation du consultant de l’"oracle" tiré, sinon de la « sagesse taoïste » qui l’imprègne.

    « La série n'a pas à ordonner le réel, elle n'en peut être que l'interprétant. […]
    La série est - globalement parlant - la décomposition d'un objet quelconque en éléments liés les uns aux autres par un rapport déterminé. »
    On ne saurait décrire autrement la fonction desdits « oracles » du Yi Jing où « le rapport » est la question posée par le consultant à l’oracle. De même dans :
    « La base de notre approche, nous la trouverons
    dans les niveaux de l'analyse linguistique, où chacun des niveaux suppose et implique à la fois le niveau inférieur et le niveau supérieur, en sorte qu'il est impossible de penser indépendamment les uns des autres chacun des niveaux. »
    Et il y a presque, d’après les traducteurs, l’enjeu poétique que tu désignes, au détour du texte des oracles qui est somme toute le dernier levier de la remise en cause de sa réalité par le consultant, au sens où par
    « la langue, à tout moment, se redéfinit l'ordre des parentés. La poésie est sans doute l'activité linguistique qui met, de la façon la plus évidente, en jeu, cette redistribution permanente, jamais exempte d'idéologie. »

    Merci donc pour tes enseignements Pascal.
    Grâce à eux et après toutes ces années, un lien entre hexagrammes et séries se fait jour en moi, qui suis ce lien même...
    (Je me demande ce qu'en dirait Lascaux Rasé !)
    avatar
    Irpli
    seriata

    Nombre de messages : 2073
    série topographique : Series-City
    Date d'inscription : 16/12/2004

    Re: Série et Yi Jing

    Message  Irpli le Lun 17 Jan 2005 - 18:10

    Merci à toi David ! La pensée chinoise a plus d'une fois été associée aux questions sérielles, notamment par... Louis de Saussure !
    avatar
    llongavidda
    seriinii

    Nombre de messages : 367
    Date d'inscription : 18/12/2004

    Re: Série et Yi Jing

    Message  llongavidda le Lun 17 Jan 2005 - 18:16

    Louis ? c'est qui lui ?
    Qu'est-c'il a fait ?
    avatar
    Irpli
    seriata

    Nombre de messages : 2073
    série topographique : Series-City
    Date d'inscription : 16/12/2004

    Re: Série et Yi Jing

    Message  Irpli le Lun 17 Jan 2005 - 18:33

    Saussure, Léopold de

    Linguiste et ethnologue. Marcel Granet* mentionne son étude Les Origines de l'astronomie chinoise (1930). A la fois impulsé par la combinatoire propre au symbolisme décrit, et marqué par le scientisme du début du XXe siècle, le principe de "série" est central dans la description par Saussure du système de la "pensée chinoise".

    Par suite de l'association des planètes aux points cardinaux du ciel - qu'on trouve tout au moins dans le système sino-iranien - la série septénaire des astres mobiles est susceptible de se transformer en série cosmologique et de symboliser l'Univers d'après le concept fondamental du Centre, autour duquel s'opère la révolution dualistique marquée par les points cardinaux.
    Dans la série des sept astres en tant que tels, la primauté appartient naturellement au soleil.
    Dans la série des sept astres en tant que symboles des sept termes de la révolution cosmique, le premier rang revient à Saturne pour la raison même qui lui a fait attribuer chez les Grecs le nom de la divinité polaire, le Mas i miyan i asman des Iraniens, le T'ai yi ou Chang ti des Chinois, à laquelle la planète Saturne est associée, tant en Chine que dans l'Iran.
    Peut-être trouvera-t-on dans ces deux aspects de la série septénaire l'explication du transfert, préparée par le culte de Mithra, de la journée dominicale du Samedi au Dimanche. Car, quoique dans la série syro-judéenne le Sabbat ne corresponde pas au jour de Saturne, cette série est déduite arithmétiquement de la série cosmologique, et cette dernière est implicitement contenue dans la cosmologie d'Ezéchiel, de Zacharie et de l'Apocalypse, notamment dans l'ordre des sept sceaux.
    La signification sino-iranienne de cette cosmologie s'est d'ailleurs rapidement perdue, lors de sa diffusion dans l'Empire romain, parce qu'incompatible avec l'astrologie planétaire romaine, dont il ne m'appartient pas d'indiquer l'origine première. Déjà sous le règne d'Auguste, Saturni dies est considéré comme néfaste et, dans l'astrologie du Moyen âge, Saturne, qui correspond au plomb, rend les hommes lourds, gauches, malheureux. Le jour de Saturne ne saurait donc plus être celui du Seigneur suprême qui trônait précédemment au pôle entre les points cardinaux et les signes du zodiaque.
    avatar
    Irpli
    seriata

    Nombre de messages : 2073
    série topographique : Series-City
    Date d'inscription : 16/12/2004

    Re: Série et Yi Jing

    Message  Irpli le Lun 17 Jan 2005 - 18:50

    Ce n'était pas Louis mais Léopold au fait...
    avatar
    llongavidda
    seriinii

    Nombre de messages : 367
    Date d'inscription : 18/12/2004

    Re: Série et Yi Jing

    Message  llongavidda le Lun 17 Jan 2005 - 19:14

    Merci

    Ce n'était pas Louis mais Léopold au fait...

    ...si ce n'est son cousin, son frère quoi...
    avatar
    Irpli
    seriata

    Nombre de messages : 2073
    série topographique : Series-City
    Date d'inscription : 16/12/2004

    Re: Série et Yi Jing

    Message  Irpli le Mar 18 Jan 2005 - 4:51

    J'ai un petit fascicule de Léopold de Saussure... un tout petit livret d'une vingtaine de pages qui compare les cosmologies grecque et chinoise... un truc bourré de séries, particulièrement sur la "série septénaire".

    *

    Il y a un axe franco-chinois très marqué, dans l'histoire de la série. Ton travail sur le Yi-Jing trouvera sur le Sériographe une place de choix. C'est la première pierre conséquente d'une "traductologie de la série".
    avatar
    llongavidda
    seriinii

    Nombre de messages : 367
    Date d'inscription : 18/12/2004

    Re: Série et Yi Jing

    Message  llongavidda le Mar 18 Jan 2005 - 14:58

    Mmmm, j'ai hâte de jeter un oeil dans ce petit livret...

    un axe
    franco-chinois

    Malgré l'horreur que j'ai de ce mot, il faut dire que ça en impose !

    J'ai bien envie de montrer à Pierre Faure, un des deux ultimes traducteurs du Yi Jing en français, quelques unes de nos notes.
    Car je crois comprendre (il est à la préparation d'un ouvrage qu'il compose sans son acolyte Javary) qu'un des axes ( puker ) de sa réflexion touche à
    la subjectivité dans la consultation, ce que devient le sujet conultant dans le laps de la réception de l'oracle ;
    ce que devient l'information reçue dans cet état de connaissance abstrait du train d'états habituels de connaissance...

    Enfin, je lui montrerai, on verra ce qu'il dira...
    avatar
    Irpli
    seriata

    Nombre de messages : 2073
    série topographique : Series-City
    Date d'inscription : 16/12/2004

    Re: Série et Yi Jing

    Message  Irpli le Jeu 27 Jan 2005 - 3:42

    La notion de "série" a effectivement été un recours non négligeable pour des spécialistes de la Chine. Léopold de Saussure est encore cité aujourd'hui mais son influence est infiniment moindre que celle de Pierre Granet, dont "La Pensée chinoise" est un ouvrage de référence. Chez lui, la notion de "série" est spécialisée dans la représentation des nombres :

    Les Chinois ont donné le nom de Nombres à des signes cycliques conçus pour désigner non pas des rangs mais des sites et capables d'évoquer des arrangements plutôt que des totaux. Pour compter et numéroser, ils disposent d'un autre système de symboles qui constituent une série décimale disposée linéairement (1, 2, 3... 11, 12... 101...). Les nombres de cette troisième série sont néanmoins considérés comme des emblêmes, remarquables, tout autant que les autres, par leur pouvoir descriptif. Eux aussi font image et, dans les représentations qu'ils suggèrent, les idées d'addition et d'unité ont bien moins d'importance qu'une sorte d'analyse concrète visant à spécifier le type de division ou d'organisation qui paraît convenir à tel ou tel groupement.

    L'ouvrage est disponible, ce me semble, en Points Seuil.

    La notion de série est utile à tous ceux qui veulent repenser les catégories de la pensée... c'est pourquoi elle est si fréquente en grammaire et dans le langage scientifique mais aussi dans le vocabulaire des dictionnaires et des encyclopédies. Ce me semble itou.

    Contenu sponsorisé

    Re: Série et Yi Jing

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Lun 24 Juil 2017 - 1:47