Archives du sériographe

Notes pour une archéologie du signifiant fr série


    psycho mécanique et analyse linguistique - art revue langue

    Partagez
    avatar
    Irpli
    seriata

    Nombre de messages : 2071
    série topographique : Series-City
    Date d'inscription : 16/12/2004

    psycho mécanique et analyse linguistique - art revue langue

    Message  Irpli le Mar 18 Sep 2007 - 3:07

    Guillaume rapporte cette réflexion de Pierre Cahné :

    Au sens où une langue instituée est une solution à un problème de représentation, un système de valeurs est une forme qui permet à une culture de s'organiser, par un ensemble complexe d'interdits, d'incitations, de justifications, un moment historique. Au sens où une langue instituée modifie le point de vue à partir duquel la structure a été inventée, et donc appelle une nouvelle organisation du même, un système de valeurs aide à construire un monde qui exigera un nouveau système de valeurs pour poursuivre la même histoire de la maîtrise des choses.

    À la destruction de la langue instituée correspond, dans le monde des valeurs, le temps de la négation, du nihilisme.

    Dans l'analyse de Guillaume, comme dans celle de Nietzsche, c'est une cause immanente qui commande l'histoire des valeurs, comme l'histoire des systèmes linguistiques, et qui est une tension incessante vers un dépassement du point de puissance et d'efficacité atteints.

    L'efficacité en critique littéraire du concept est de permettre de concevoir tout moment dans la métamorphose de récits fondateurs comme un instant destiné à sa propre négation dans l'histoire des formes littéraires. L'Esprit construit dans ses oeuvres non seulement une image de sa situation dans le monde, mais aussi les conditions du renouvellement de cette image, puisque celle-ci devient le lieu où le même problème est reposé, à un autre niveau.

    La thèse de Guillaume donne une assise, trouvée dans l'histoire de la langue, à une thèse controversée, mais puissante, de l'histoire littéraire: le dialogue essentiel d'un écrivain n'est pas celui qu'il entretient avec son moment historique, mais avec les oeuvres antérieures qui l'ont construit, contre lesquelles il s'est construit, non au sens de la réactivité, mais au sens où une construction trouve son assise au contact de ses fondements.

    Pierre Cahné Paris IV
    avatar
    Irpli
    seriata

    Nombre de messages : 2071
    série topographique : Series-City
    Date d'inscription : 16/12/2004

    Re: psycho mécanique et analyse linguistique - art revue langue

    Message  Irpli le Mar 18 Sep 2007 - 3:07

    Je dois dire que ce texte me pose plusieurs difficultés.

    - La notion de "destruction de la langue" est abstraite. Ponge accusait les surréalistes d'avoir voulu "détruire la langue". Mais personne ne peut détruire la langue. Ses transformations sont graduelles et l'appareil s'adapte ainsi, selon l'analyse donnée par Pierre Cahné, au monde qu'il est sensé traduire et agir.

    - "L'efficacité en critique littéraire du concept est de permettre de concevoir tout moment dans la métamorphose de récits fondateurs comme un instant destiné à sa propre négation dans l'histoire des formes littéraires" : je ne comprends pas bien cette phrase. Qu'entend-il par "récits fondateurs" ?"

    - La thèse "puissante" de la fin me semble réductrice : bien sûr que l'oeuvre d'un temps x entretient un rapport fort à celles des temps x - 1, x - 2, etc. Mais quel sens y a-t-il à amputer l'analyse littéraire de son rapport à t = x ? L'oeuvre est une éponge et son rapport à l'aujourd'hui ne me semble pas pouvoir être mis entre parenthèses, sans dommage. Même Flaubert, ou Baudelaire, sont en rapport à leur aujourd'hui. Et sans l'absorption des données (linguistiques et culturelles) de l'aujourd'hui, je ne vois pas comment l'oeuvre pourrait entrer en communication avec les oeuvres des temps passés : elle ne pourrait que les répéter.

    Kwizera
    seriinii

    Nombre de messages : 59
    Age : 32
    série topographique : ardèche - lyon
    Date d'inscription : 14/08/2006

    Re: psycho mécanique et analyse linguistique - art revue langue

    Message  Kwizera le Mar 18 Sep 2007 - 14:05

    sur les deux premiers points, je te suis plutot.

    sur le 3e, pas du tout. il me semble moi aussi que le dialogue essentiel d'un écrivain est toujours en rapport avec les oeuvres antérieures, et j'irai même plus loin, également avec les oeuvres à venir. écrire, et même écrire sur son époque, ça n'est pas s'y restreindre. les exemples ne manquent pas.

    surtout, ce que j'aime dans ses dernières phrases, c'est l'utilisation de ce "contre". ça reprend tout à fait mon idée qu'il faut non pas absorber un livre, mais s'y confronter. et pour moi se confronter à des oeuvres comme celles de célan, céline, et j'en passe, ce n'est pas faire abstraction de leur contexte historique, de la vie des auteurs, mais c'est à un certain moment de dépasser cela, pour saisir véritablement les poèmes, les romans, qu'ils ont laissés. c'est ça, et seulement ça la lecture à mon sens. ça prend du temps, ça implique qu'on ne peut pas lire vite, mais on se rend compte en compensation qu'il n'y a pas tellement de livres qui méritent ce temps, qui résistent à ce temps. (je dis "pas tellement" comparé au nombre de livres publiés ; il en reste largement assez pour une dizaine de vies).

    Contenu sponsorisé

    Re: psycho mécanique et analyse linguistique - art revue langue

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Dim 24 Sep 2017 - 3:56