Archives du sériographe

Notes pour une archéologie du signifiant fr série


    Fin de série

    Partagez
    avatar
    Théagène
    seriinii

    Nombre de messages : 258
    série topographique : bridée
    Date d'inscription : 16/09/2005

    Fin de série

    Message  Théagène le Jeu 20 Oct 2005 - 5:46

    Il est des séries qui sont des cauchemars...
    Et lorsqu'elles viennent à se terminer, délivrent l'opprimé, esclave seriel malgré lui...

    Ainsi l'Olympique de Marseille a mis fin dimanche à une série de neuf matches sans victoire sur le Paris St Germain depuis avril 2002, en s'imposant 1 à 0 d'un but de Cana (ex-parisien) à la 72ème.

    Il est des séries qui délivrent leurs esclaves quand elles s'arrêtent.
    Il est des séries que l'on ne voudrait jamais voir commencer.
    Il est des séries noires.

    Allez L'OM!
    avatar
    Irpli
    seriata

    Nombre de messages : 2071
    série topographique : Series-City
    Date d'inscription : 16/12/2004

    Re: Fin de série

    Message  Irpli le Jeu 20 Oct 2005 - 9:03

    C'est vrai que de ne pas réussir à battre le psg, ce doit être déprimant... Mais enfin, je ne connais pas grand-chose au football. Merci d'inaugurer ici un domaine sous-représenté !

    Par contre, le Canard enchaôné rapporte la fine stratégie d'Aujourd'hui / Le Parisien, qui a doublonné sa couverture et le contenu de ses pages à l'occasion de ce match visiblement historique : "Dommage !", 'exclamait le Parisien ; dans le sud, les lecteurs d'aujourd'hui eurent droit à un victorieux "Enfin l'OM". Le contenu du quotidien (identique pour le reste) adoptait la même ligne, s'indignant dans les pages du Parisien des traquenards tendus à l'équipe du psg alors qu'Aujourd'hui se contentait de reporter l'atmosphère de liesse de la soirée.

    La France est-elle au bord de la dislocation ?
    avatar
    Théagène
    seriinii

    Nombre de messages : 258
    série topographique : bridée
    Date d'inscription : 16/09/2005

    Re: Fin de série

    Message  Théagène le Ven 21 Oct 2005 - 3:53

    Sur ce sujet précisément, je crois que la France est complètement disloquée depuis longtemps...
    Il me semblait interessant de mentionner deux aspects de la série:
    Le premier est que dans le domaine du football, cette série me semble suremployée; dans le traitement des statistiques techniques et des résultats sportifs elle excelle et sa surenchère ne semble pas avoir de fin, comme si "plus on en mettait, plus on ajoute à l'information sportive", donc c'est du quantitatif toujours qualitatif...
    Le deuxième, c'est qu'effectivement, suivant de quel côté on se trouve, la série peut être heureuse ou malheureuse et que la plupart du temps, on est esclave de son sort avec peu de moyens d'enrayer l'évènement...
    La preuve qu'il faut envisager la série avec circonspection...
    avatar
    Irpli
    seriata

    Nombre de messages : 2071
    série topographique : Series-City
    Date d'inscription : 16/12/2004

    Re: Fin de série

    Message  Irpli le Sam 22 Oct 2005 - 15:49

    Il faut pourtant savoir que (d'après des sources orales, Stade de l'est pavillonnais, 1998) ce qu'on appelle "division" aujourd'hui était autrefois nommé "série". Cette division est restée dans différentes disciplines, en particulier au tennis. L'avènement du sport relève de la même dynamique que l'administration, l'industrie et les sciences ; son organisation relève de la même structure sociale que les autres administrations. La mise en place de séries éliminatoires relève de la même logique que la loterie, qui fut l'un des tout premiers domaines à intégrer le mot "série" (Dictionnaire de l'Académie française, 1798).

    La notion de "série noire" est intéressante elle aussi parce qu'elle relève de la même culture populaire (ou plutôt : de masse). La "série noire" a désigné assez tôt (datation indéfinie, courant XIXe siècle) une suite d'événements marqués du sceau du malheur. L'expression a fait florès, un journal comme Aujourd'hui / Le Parisien en fait un usage des plus abondants ! Nous obtenons par là - la fin d'une série noire pour l'om - un croisement de séries des plus intéressants, puisque cette "série noire" résulte d'une statistique [par déf. sérielle], doublée d'une loterie (je n'insiste pas) car, si je ne m'abuse, les groupes préliminaires sont sélectionnés au cours d'une loterie, le tout constitue un tableau (de séries, bien sûr), à l'intérieur duquel le supporter de l'OM croit lire une "série noire". On voit qu'il s'agit d'une chose peu banale que cette série noire car elles a des motivations discursives profondes.

    On voit également que la "série", si on l'étudie dans un cadre comme celui du football, ne revient pas à une idée mais à une agrégation de faits distincts et qui forment un réseau plus ou moins puissant et plus ou moins dynamique : dans le football, c'est un fantome de rationalité ; dans le domaine de l'édition et de la télévision, au contraire, la "série" a fini par devenir une entité exorbitante ! En musique, ça se calme, puisqu'on est au post-sérialisme. Mais le mot "série", devenu si récurrent dès lors qu'on eut connu l'oeuvre de Schönberg et de ses élèves, était déjà bien présent dans les traités de musique antérieurs, parce qu'elle s'adaptait merveilleusement aux structures qu'elle permet de décrire : la hauteur, les durées, les degrés d'intensité, les attaques même, les timbres également...

    Un jour, on pourra étudier les "latences" de la série. On partira du principe que toute série tend vers un degré extrême, exorbitant. Certains discours - Fourier, Cournot, Deleuze, Boulez... - nous donnent une idée de ces degrés extrêmes.

    Contenu sponsorisé

    Re: Fin de série

    Message  Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Mer 22 Nov 2017 - 15:30